26/01/2009

Triste realite

 

Mes baisers sucrés, mes caresses satinées

Que j’éparpille sur ton doux corps enflammé

Sont a toi, mon amour, mon tendre bien-aimé

De mes calins, je t’énivrerai à jamais

 

Tu es le velouté écrin de mon Coeur pur

Tes je t’aime et tes proses me rassurent

Car aàchaque instant, j’entends tes murmures

Adieu le temps, de la maudite censure….

 

Je t’aime profondément et si tendrement

Mais de tes lèvres je me meurs mon bel amant

Car jamais je ne serai  malheureusement

Couverte de tes étreintes physiquement

 

Je souffre de ce funeste amour virtuel

Qui s’enferme a jamais quel triste duel

De guerroyer contre nos envies charnelles

Et notre quotidien devenu si cruel……..

 

23:29 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/01/2009

Le manque

L’attente est si dévastatrice

Visible telle une cicatrice

L’impatience me rend si lyrique

Où sont nos étreintes poétiques?

 

L’insomnie me guette, je t’aime tant

Mon tendre Coeur pleure incessament

Une nuit sans toi, parait une décennie

Je me languis de tes mots mon chéri

 

Ton silence m’est intolérable,

Mon humeur devient si exécrable,

Mes paroles sont, elles, très maussades,

Mon amour, sauve-moi  de la noyade

Car sur mes tristes pages défraichies

Quand ton absence devient souffrance,

Ma plume caline s'éteind tant meurtrie 

Par ce lourd manque qui n'a auncun sens

02:01 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/01/2009

tristesse

Epargne-moi ce mal, ancré dans mon coeur

Qui s’infiltre dans mes veines, gonflé de pleurs

Qui s’immisce dans mon corps, tel un doux poison

Qui me conduit doucement vers la déraison

 

J’aimerais tellement que la douleur s’apaise

Avec le temps peut-etre serais-je moins niaise

Car le souvenir de tes lèvres m’emmène

Seule au fond de ma haine, mon ame est en peine

 

Ces instants de tendresse qui tourbillonnent

Dans ma tête incessamment carillonne

Oh mon amour, je t’aime, oui, pardonne-moi

Si mon ivresse a pris soudainement froid

 

Mes pensées dorénavant seront excluses

Chagrinée, je vivrai telle une recluse

Jamais plus, j’implorerai une entrevue

Car je dépose mes armes, je suis vaincue

 

03:02 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/01/2009

Amour virtuel

De toute sa splendeur et sa fragilité

Ces doux doigts ont enfin glissé sur le clavier

Deux mots enjoleurs qu’une femme souhaite

Un je t’aime, scintillant comme une paillette

 

Hésitant et introverti, il a semé

Dans mon Coeur la pagaille, oui je l’admets

Je me meurs de ses absences démesurées

Quand il s’eclipse, las, vers une autre contrée

 

Son amour virtuel se déploit de jour en jour

Le mien se bat et cherche en vain les détours

Pour ne pas unir rêve et réalité

Deux mondes purs qui ne peuvent coexister

 

Et pourtant de tes etreintes poetiques

Je me nourris telle une boulemique

Et tes proses elles me procurent de telles joies

Que je t’aime toi mon amour sans fois ni lois

 

23:41 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Amour interdit

Coeur en tam tam sous ta plume ruisselante,

Bat la chamade, je me sens impuissante,

Tes caresses , tes baisers deviennent désirs

Incessante tendresse qui nous rend martyrs.

 

Ce vent de folie au gré des vers embellit

Mon amour fougueux que j'insuffle dans ta vie,

Et je te livre mon coeur malgré l'interdit,

Nous vivrons heureux d ’une passion inassouvie.

 

De tes mots je t'offre la souveraineté

Car ma vie t’appartient, mon tendre bien-aimé

Tu restes à jamais le prince de mes nuits

Tes larmes , oui,  je les ressens à l'infini

 

Ecris-moi encore, allege mon fardeau,

Emmene-moi sans répit au pays des mots

Ceux qui font que mon coeur s'abandonne,

Dans ce monde, où je suis votre madone

 

 

 

 

 

 

 

14:06 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

A mon tresor,

Qu’il me tarde chaque soir de dévorer tes mots

Ceux qui m’accompagnent au travers de mes maux

Scintillante ta plume est à présent ma douce mélodie

Sans elle, je me meurs dans ma réalité sans vie….

 

Ton dernier poeme est l’apothéose de ton amour

Le beau, le vrai, celui que je te rends pour toujours

Je t’aime et de tes je t’aime je m’abreuverai

A jamais je demeure ton unique bien-aimée….

 

Je te confies mon coeur, prend en soin à jamais

Le tien est dans de bonnes mains, je le chérirai

Bel amant radieux, mon ame fragile t’appartient

Au delà des rêves, j’ose espérer un jour, enfin…

 

Je m’effondre dans tes proses tout doucement

Dans ce monde de tendresse, mon naufrage est imminent

A tes cotés, je me sens femme et tes je t’aime latents

Soufflent dans mes oreilles et mon Coeur en est friand….

 

 

 

13:42 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/01/2007

 

rad3DDF4

Braises brûlantes du désespoir

 

Perdu dans tes pensées, au fond de ce lourd chagrin

Tu rumines, silencieux, la sentence du médecin

Un sentiment de fatalité, et de malchance

Envenime la morsure, une déception immense.

 

Un sourire douloureux, une flamme lasse dans tes yeux

Implore comme un naufragé la grâce de Dieu

Le Cancer te consume à petits feux chaque soir

Et ravive les braises brûlantes du désespoir.

 

Noire comme une corneille, ma colère, elle, subsiste

Dans le regard voilé d’une belle ombre triste

Papy, cette cruelle foudre ruine tes illusions

Réveille-toi, ensemble, nous la combattrons!

 

Pour éloigner l’inquiétude, l’attente qui me ronge

J’inventerai un monde où l’espoir n’est plus songe

Des instants de bonheur, des moments de rire

Où nos étreintes prendront un gout d’avenir.

 

A mon papy qui m’a quittée le 29 Octobre 2006……..

 

 

 

 

 

23:17 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

28/12/2006

 

rad64FBB

 

Notre Cupidon

 

D'une pure beauté si extraordinaire,

Son âme telle une douce brise d'été

Souffle sa fortune amicale sur nos Terres,

Habilement vêtue de  générosité.

 

L'arôme le plus delicat de cette rose

Encense Oasis de ses gracieuses pétales

Embaume nos coeurs, chassent nos idées moroses,

Etincelante telle une altesse royale.

 

Ses mots de soutien d'une subtile magie

Ses attentions fraîches, blanchent comme les fleurs

Subjuguent notre être et embellissent nos vies

Tels l éclat du soleil, embrasant nos coeurs.

 

Son amitié tourbillonne en doux grains d'amour

Semant au gré des vents tendresse et affection,

Sache Adeline que nous t'aimerons toujours

Toi, notre Ange, notre adorable Cupidon.

 

Dédié à une adorable Eolienne

 

 

22:53 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

 

rad7183C

 

22:50 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 

rad2C09D

22:45 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

 

73309nzzqmwq5by

 

Ce parfum d'encens

 

Des rayons de soleil se glissent sur tes mots

Illuminent mon quotidien, ce lourd fardeau,

De joies anodines et rires infinis

Dans l'air alangui de mes pages défraichies.

 

Le riche parfum de ton amitié embaume

Les tristesses poudreuses de mon cher royaume

Inonde mon Coeur d'une fondue de sourires

Destin délicieux, éblouissant mon empire.

 

Ton coeur nonchalant, drapé de satin vermeil

S'adonne pleinement, oh parfaite merveille

Apaisant, m'incitant aux  grandes confidences

S'obstinant fortement à chasser ma souffrance

 

Flamboyante floraison de suaves notes

Bourdonnantes, et véritables antidotes

Qui m'embarquent dans une danse fulgurante

Pour m'épargner une déplorable descente.

 

Dédié à une pépette au grand coeur

 

 

 

22:41 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 

 

rad9CD05

 

Vérites acrobates

 

Vieilles défroques de notre tendre maman

Des vérites acrobates, vulgaires danses

Qui déferlent en toi, des vagues d'insolence

Et fânent ta jeunesse, trouble envahissant

 

Vulgaire fardeau des passions et des pêchés,

Coloré de tous les feux de la fantaisie

Souille ton imagination, brise ta vie

Monstrueuse éclosion de sincérité

 

Un crime hideux, jeté au vent, bafoué

Qui balaie en un instant cette joie de vivre

Des sanglots tragiques pour une tristesse ivre

Que reste t-il de ce frère, jadis si gai?

 

Des narcotiques pour endormir le remords,

Pour souiller et détruire cette pénitence

Qui se consume par des siècles de souffrance,

Des annees de torture meprisant la mort

 

22:20 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 

prod_354_17540

 

Jalousie et orgueil

 

Elle s'impatiente crissante et envieuse

Omettant la beauté de l'âme, si désireuse,

De nous éblouir comme une rose merveilleuse,

S'engouffrant ainsi dans l'amertume vaniteuse

 

Ses propos, des poisons si subtils et enjoués,

Et emplis d'harmonieuses paroles rythmées

Se brisent en écumes de feu, tant consumés,

Par l'orgueil, assoiffés de prestance et renommée

 

 

De toutes parts, voltigent les flèches de sa ruse

Avec  un spasme pitoyable, elle joue l'intruse

Sans finesse, écarlate de colère, elle abuse

Elle nous sermonne et son ironie nous amuse

 

Car sa jalousie, drapée d'épines insolentes

Déferle en belles vagues pourpres et bouillonnantes

Se faufile dans une méchanceté navrante

Tragédie d'une banalité désespérante.

 

 

22:01 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 

29235zq05sd8oor

Piètres amoureux

 

Piètres amoureux se débattant dans la peur

Un brin étourdis, tentent de freiner l'ardeur

Ils jouissent sans aucun remords, des délices

De cette vie, chacun dans son monde et ses vices

 

Emportés par un sentiment d'immensité

Et d'éloignement, ces tourtereaux si discrets

Savourent, s'abreuvent de virtuels baisers

Assassinant ce pur amour, le dos tourné

 

L'un est citadin triste, grisâtre et crispé,

L'autre est une exilée si maussade et stressée

Tous deux flirtent dans l'angoisse de dépendance

De mots futils, un univers d'insousciance

 

Cette attirance est devenue un doux fantasme

Une perte de contrôle, un brûlant orgasme

Se nourrissant sans fin de messages cocasses

A travers un écran froid, un clavier de glace...

 

21:53 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/07/2006

 

 

Une condamnation infamante

 

Emoustillée par sa fièvre si poétique,
Par ses vers, tour à tour, rauques ou caressants
Mon âme s'abreuve de reflets tremblotants
Où les chimères de mots me rendent lyrique...

Cet homme d'une splendide frivolité
S'adonnant à quelques espérances troublantes
Tire vanité de son talent raffiné
Récolte une condamnation infamante

Telle une chute d'eau plongeant dans un torrent
Ses allusions m'abiment dans la confusion
Je manie prudemment les interprêtations
Qui corrompent la profondeur des sentiments...

Car sa plume rimeuse n'est plus de saison
Mais sème la perplexité dans mon esprit,
Ce charmant poète bouffi de prétentions
S'est fait surprendre, merci, en flagrant délit...

 

 

 

 

02:06 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

13/07/2006

 

Volupté d'un regret

                  

 

Brûlante, ma piètre plume grince sous son doux charme

Embrasant la lueur sanglante de mes vaines larmes,

Noires comme le charbon, embaumant mon coeur vaillant

Où vivent et palpitent d'étranges frémissements.

 

Impardonnable, je vis la volupté d'un regret

Tragique, berçant les sortilèges d'un fou baiser,

Glorifiante, fraîche et piquante comme la rose

Où la douleur amplifie ses talents de virtuose.

 

Brillante vie toujours clandestine et avillissante

Attise ces douleurs si exquises et palpitantes

Reprimande, la condamnation et le martyr

D'une passion, d'un soir, empoisonnant mon avenir.

 

 

 

18:28 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

11/07/2006

 

Des audaces trompeuses

 

Le teint cadavérique, le coeur en tam tam

Au gré des souvenirs bourdonnant et rodant
Ton passé mal éteint, ton présent impuissant
Ruine notre amour et mon encre s'enflamme.

Abasourdi par tes écueils et tes déroutes
Telle une éponge qui s'imprégne de ton mal
Ma plume divague, amnésique et marginale
Ensevelissant la souillure de tes doutes.

 

Ivre de colère désespérée, je vis
Souvent entre sincérité et imposture
Est ce de l'impudeur ou la désinvolture
Qui gâchent ainsi nos élans irréfléchis?

De vains mots qui retombent en humiliation
Qui cherchent à ressusciter un piètre amant
Dont les flambées romantiques sont si souvent

Des audaces trompeuses voilant l'abandon



 

 

16:08 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

 

La vallée de larmes

 

En s'encanaillant de passions ravageuses

Lors de fêtes carillonnées délicieuses,

Deux piètres amants dansent la sarabande

De leur bonheur modeste, au doux goût amande...

 

Baisers torturants, étreintes insatiables

Le dit murmure alourdit la paix notable

Nos tourtereaux dans cette vallée de larmes

Amenuisent l'espoir, déchirant vacarme...

 

 

Les autres, au regard inquisiteur, vil

Abreuvent de reproches la belle idylle,

Un bourdonnement maussade à fendre l'âme,

Lasse, la cloche tinte d'un air infâme...

 

 

Sous un rideau de fenêtres hypocrites

Souillures dégoutantes, insolent rite

Les secrets ont transpiré, maigre fringale,

Une grotesque infortune conjugale...

 

05:13 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

10/07/2006

 

 

Soleil enjoleur,

 

Pourpre soleil aux reflets de milles feux,

Rayonne tel des jonquilles d'or Messieurs,

Délivre l'âme de la mélancolie

Pur ivresse ou sobriété dans ma vie...

 

Dans ce jardin où l'odeur des orchidées

Etrille les douleurs de mon coeur blessé

A l'abri, aucun scandale ne  m'effleure

Je vis dans l'insousciance du bonheur

 

Douces eaux vives aux senteurs onctueuses

Dessinent des silhouettes merveilleuses

Et décantent mes impuretés maudites,

Agonisantes et lassées de ce rite

 

Un Caprice de mon imagination,

Suscité sous l'étendard de l'impulsion

Trahissant sans cesse un appétit sanglant

De reprendre ma sérénité d'antan

 

 

 

17:21 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

09/07/2006

 

 

Parade Nuptiale

 

Charmeur imminent, indomptable ombilic

Au gré de mes lourdes humeurs buccoliques

Mon corps mou, d'une parure verte d'eau

Et mes gambettes s'apprètent  à l'assaut..

 

Léchant les gouttelettes d'eau sur les feuilles

Et me prélassant sur le haut des écueils 

Oh! Lézardes, les effluves de vos corps

Néantisent  votre paix  jusqu' à l'aurore..

 

Assoiffé de concupiscences bestiales

Mes sens orchestrent ma parade nuptiale

Enjolivent ma glorieuse séduction

Ruisselante, myriades sensations..

 

Infidèles fourbes boudent ma prestance

Camouflées sous les feuillages, elles pensent

Aux rayons de soleil et se sourdre en lui

Ignorant  mes défuntes acrobaties..

 

 

20:24 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

08/07/2006

 

 

La flûte de l'enchanteur

  

Penché sur le creuset des plaisirs et des peines,

Doux sommet des collines de la vie, verveine,

La flûte de l'enchanteur, écume de feu

Hante le clair-obscur de ces bois épineux..

 

En cette aurore abricotée coulent à flots

Des vapeurs sulfureuses et des gouttes d'eau

Son âme si frivole, emplie de fantaisies

Crie dans l'extase frémissante de la nuit..

 

En flânant, elle régale ceux qui l'amusent

Jouissant de son arme, des flèches de ruse,

Savoureuse musique pour cette infidèle,

Une dépense folle de plaisirs charnels..

 

Fidélité? Un aveu chaste de faillite,

Les impulsions de sa chair deviennent un rite

Enfermant son crime et ses aspirations

Dans un labyrinthe sanglant de la passion..

 

19:26 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

 

 

Maladie Orpheline

 

Nul ne connait l'origine du mal

Egarée, en sommeil ou même pâle

Une atroce maladie orpheline

Révoltante et adulant la morphine.

 

Outrageante la dite cortisone

Sans aucun doute, tueuse d'hormones

Accentue ses douleurs articulaires

Remède ou plutôt lyncheur de viscères?

 

Courageuse, ma brave amie, combat

Ouragans, tempêtes et ses trépas

Incitée par le regard des enfants

Dotée d'un bel héroisme très vaillant

 

Ondine, elle parsème tous nos coeurs

Souriante, sans jamais un seul pleur

Encourageant ma plume délicate,

Si ma belle, ne soit pas écarlate!

 

En hommage à ma chère et tendre amie..

19:23 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

07/07/2006

 

 

Lune pleureuse

 

Sous le pitoyable édredon du lit conjugal,

Un homme cynique et d'une cruauté brutale

Terrorise sa femme de soupirs écorchés

La lune pleureuse appréhende les rudes touchés.

 

Tout n'est que prétexte pour déclencher la tempête,

Jaloux, envieux de ses propres enfants, il la guette.

Encore une raison pour provoquer sa colère

Subir les cris impudiques de son caractère.

 

Pour atténuer les insultes, les vexations,

Elle se livre, à corps perdu, dans ses effusions

Soucieuse de s'éloigner des récifs qui rodent,

Son âme si décharnée, s'abandonne à ses fraudes.

 

Cette femme reste taciturne, silencieuse

La honte et la peur paralysent la malheureuse

Tourbillonnant comme les belles feuilles d'Automne

Qui vous absorbent dans une terreur monotone.

 

 

22:30 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

04/07/2006

 

   

Epargne moi

 

Epargne moi ces mensonges, flatteries et promesses

Tous ces mots doux prononcés dans un galop d'allégresse

Car tel l'écho qui répercute le bruit du tonnerre

Mon Coeur résonne en un hénissement noir de colère.

 

Epargne moi ton chant voilé de fausses modesties

Tous ces bémols avivés par ton diabolique esprit

Car tel un vieil arbre solitaire au bord du chemin

Mon Coeur, meurtri, s'est enfermé dans un sombre chagrin.

 

Epargne moi les explications longues et obscures

Où ta négligeance dresse déjà ta sépulture

Car telle une geôle infernale où braillent les damnés

Mon Coeur, victime, regorge de culpabilité.

 

Epargne moi tes vaines lamentations et tes pleurs

Semant une pluie de pétales roses sans saveur

Car tel un paysage enseveli dans le brouillard

Mon Coeur, misérable, s'est alangui de désespoir.

 

 

22:29 Écrit par Delphine | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

 

 

Confession,

 

Vos écrits, ce matin, sur ce champ de bataille

Ont transpercé, à vif, mon âme et mes entrailles

Mon Coeur vacille, vous avez trouvez la faille

Pour me séduire lâchement, vieille canaille!

 

Vos mots sont tendres, charmer est votre destin

Vous vous acharnez tant, dans un combat sans fin

Armé de confiance et les atouts en main

Votre vaillance triomphe, ignoble coquin!

 

Telle une proie, je me découvre prisonnière

De votre vénusté, à mes yeux, téméraire

Mon ami, vos pensées sont plutôt cavalières

Délivrez-moi de l'emprise, sombre guerrière!

 

En ce jour pluvieux, savourez votre victoire

Mon Coeur capitule, je me livre ce soir

Mon sang ruisselle, à l'idée de vous décevoir

Mon mariage s'annonce, plus aucun espoir!

 

22:23 Écrit par Delphine | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |