15/07/2006

 

 

Une condamnation infamante

 

Emoustillée par sa fièvre si poétique,
Par ses vers, tour à tour, rauques ou caressants
Mon âme s'abreuve de reflets tremblotants
Où les chimères de mots me rendent lyrique...

Cet homme d'une splendide frivolité
S'adonnant à quelques espérances troublantes
Tire vanité de son talent raffiné
Récolte une condamnation infamante

Telle une chute d'eau plongeant dans un torrent
Ses allusions m'abiment dans la confusion
Je manie prudemment les interprêtations
Qui corrompent la profondeur des sentiments...

Car sa plume rimeuse n'est plus de saison
Mais sème la perplexité dans mon esprit,
Ce charmant poète bouffi de prétentions
S'est fait surprendre, merci, en flagrant délit...

 

 

 

 

02:06 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

13/07/2006

 

Volupté d'un regret

                  

 

Brûlante, ma piètre plume grince sous son doux charme

Embrasant la lueur sanglante de mes vaines larmes,

Noires comme le charbon, embaumant mon coeur vaillant

Où vivent et palpitent d'étranges frémissements.

 

Impardonnable, je vis la volupté d'un regret

Tragique, berçant les sortilèges d'un fou baiser,

Glorifiante, fraîche et piquante comme la rose

Où la douleur amplifie ses talents de virtuose.

 

Brillante vie toujours clandestine et avillissante

Attise ces douleurs si exquises et palpitantes

Reprimande, la condamnation et le martyr

D'une passion, d'un soir, empoisonnant mon avenir.

 

 

 

18:28 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

11/07/2006

 

Des audaces trompeuses

 

Le teint cadavérique, le coeur en tam tam

Au gré des souvenirs bourdonnant et rodant
Ton passé mal éteint, ton présent impuissant
Ruine notre amour et mon encre s'enflamme.

Abasourdi par tes écueils et tes déroutes
Telle une éponge qui s'imprégne de ton mal
Ma plume divague, amnésique et marginale
Ensevelissant la souillure de tes doutes.

 

Ivre de colère désespérée, je vis
Souvent entre sincérité et imposture
Est ce de l'impudeur ou la désinvolture
Qui gâchent ainsi nos élans irréfléchis?

De vains mots qui retombent en humiliation
Qui cherchent à ressusciter un piètre amant
Dont les flambées romantiques sont si souvent

Des audaces trompeuses voilant l'abandon



 

 

16:08 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

 

La vallée de larmes

 

En s'encanaillant de passions ravageuses

Lors de fêtes carillonnées délicieuses,

Deux piètres amants dansent la sarabande

De leur bonheur modeste, au doux goût amande...

 

Baisers torturants, étreintes insatiables

Le dit murmure alourdit la paix notable

Nos tourtereaux dans cette vallée de larmes

Amenuisent l'espoir, déchirant vacarme...

 

 

Les autres, au regard inquisiteur, vil

Abreuvent de reproches la belle idylle,

Un bourdonnement maussade à fendre l'âme,

Lasse, la cloche tinte d'un air infâme...

 

 

Sous un rideau de fenêtres hypocrites

Souillures dégoutantes, insolent rite

Les secrets ont transpiré, maigre fringale,

Une grotesque infortune conjugale...

 

05:13 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

10/07/2006

 

 

Soleil enjoleur,

 

Pourpre soleil aux reflets de milles feux,

Rayonne tel des jonquilles d'or Messieurs,

Délivre l'âme de la mélancolie

Pur ivresse ou sobriété dans ma vie...

 

Dans ce jardin où l'odeur des orchidées

Etrille les douleurs de mon coeur blessé

A l'abri, aucun scandale ne  m'effleure

Je vis dans l'insousciance du bonheur

 

Douces eaux vives aux senteurs onctueuses

Dessinent des silhouettes merveilleuses

Et décantent mes impuretés maudites,

Agonisantes et lassées de ce rite

 

Un Caprice de mon imagination,

Suscité sous l'étendard de l'impulsion

Trahissant sans cesse un appétit sanglant

De reprendre ma sérénité d'antan

 

 

 

17:21 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

09/07/2006

 

 

Parade Nuptiale

 

Charmeur imminent, indomptable ombilic

Au gré de mes lourdes humeurs buccoliques

Mon corps mou, d'une parure verte d'eau

Et mes gambettes s'apprètent  à l'assaut..

 

Léchant les gouttelettes d'eau sur les feuilles

Et me prélassant sur le haut des écueils 

Oh! Lézardes, les effluves de vos corps

Néantisent  votre paix  jusqu' à l'aurore..

 

Assoiffé de concupiscences bestiales

Mes sens orchestrent ma parade nuptiale

Enjolivent ma glorieuse séduction

Ruisselante, myriades sensations..

 

Infidèles fourbes boudent ma prestance

Camouflées sous les feuillages, elles pensent

Aux rayons de soleil et se sourdre en lui

Ignorant  mes défuntes acrobaties..

 

 

20:24 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

08/07/2006

 

 

La flûte de l'enchanteur

  

Penché sur le creuset des plaisirs et des peines,

Doux sommet des collines de la vie, verveine,

La flûte de l'enchanteur, écume de feu

Hante le clair-obscur de ces bois épineux..

 

En cette aurore abricotée coulent à flots

Des vapeurs sulfureuses et des gouttes d'eau

Son âme si frivole, emplie de fantaisies

Crie dans l'extase frémissante de la nuit..

 

En flânant, elle régale ceux qui l'amusent

Jouissant de son arme, des flèches de ruse,

Savoureuse musique pour cette infidèle,

Une dépense folle de plaisirs charnels..

 

Fidélité? Un aveu chaste de faillite,

Les impulsions de sa chair deviennent un rite

Enfermant son crime et ses aspirations

Dans un labyrinthe sanglant de la passion..

 

19:26 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

 

 

Maladie Orpheline

 

Nul ne connait l'origine du mal

Egarée, en sommeil ou même pâle

Une atroce maladie orpheline

Révoltante et adulant la morphine.

 

Outrageante la dite cortisone

Sans aucun doute, tueuse d'hormones

Accentue ses douleurs articulaires

Remède ou plutôt lyncheur de viscères?

 

Courageuse, ma brave amie, combat

Ouragans, tempêtes et ses trépas

Incitée par le regard des enfants

Dotée d'un bel héroisme très vaillant

 

Ondine, elle parsème tous nos coeurs

Souriante, sans jamais un seul pleur

Encourageant ma plume délicate,

Si ma belle, ne soit pas écarlate!

 

En hommage à ma chère et tendre amie..

19:23 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

07/07/2006

 

 

Lune pleureuse

 

Sous le pitoyable édredon du lit conjugal,

Un homme cynique et d'une cruauté brutale

Terrorise sa femme de soupirs écorchés

La lune pleureuse appréhende les rudes touchés.

 

Tout n'est que prétexte pour déclencher la tempête,

Jaloux, envieux de ses propres enfants, il la guette.

Encore une raison pour provoquer sa colère

Subir les cris impudiques de son caractère.

 

Pour atténuer les insultes, les vexations,

Elle se livre, à corps perdu, dans ses effusions

Soucieuse de s'éloigner des récifs qui rodent,

Son âme si décharnée, s'abandonne à ses fraudes.

 

Cette femme reste taciturne, silencieuse

La honte et la peur paralysent la malheureuse

Tourbillonnant comme les belles feuilles d'Automne

Qui vous absorbent dans une terreur monotone.

 

 

22:30 Écrit par Delphine dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

04/07/2006

 

   

Epargne moi

 

Epargne moi ces mensonges, flatteries et promesses

Tous ces mots doux prononcés dans un galop d'allégresse

Car tel l'écho qui répercute le bruit du tonnerre

Mon Coeur résonne en un hénissement noir de colère.

 

Epargne moi ton chant voilé de fausses modesties

Tous ces bémols avivés par ton diabolique esprit

Car tel un vieil arbre solitaire au bord du chemin

Mon Coeur, meurtri, s'est enfermé dans un sombre chagrin.

 

Epargne moi les explications longues et obscures

Où ta négligeance dresse déjà ta sépulture

Car telle une geôle infernale où braillent les damnés

Mon Coeur, victime, regorge de culpabilité.

 

Epargne moi tes vaines lamentations et tes pleurs

Semant une pluie de pétales roses sans saveur

Car tel un paysage enseveli dans le brouillard

Mon Coeur, misérable, s'est alangui de désespoir.

 

 

22:29 Écrit par Delphine | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

 

 

Confession,

 

Vos écrits, ce matin, sur ce champ de bataille

Ont transpercé, à vif, mon âme et mes entrailles

Mon Coeur vacille, vous avez trouvez la faille

Pour me séduire lâchement, vieille canaille!

 

Vos mots sont tendres, charmer est votre destin

Vous vous acharnez tant, dans un combat sans fin

Armé de confiance et les atouts en main

Votre vaillance triomphe, ignoble coquin!

 

Telle une proie, je me découvre prisonnière

De votre vénusté, à mes yeux, téméraire

Mon ami, vos pensées sont plutôt cavalières

Délivrez-moi de l'emprise, sombre guerrière!

 

En ce jour pluvieux, savourez votre victoire

Mon Coeur capitule, je me livre ce soir

Mon sang ruisselle, à l'idée de vous décevoir

Mon mariage s'annonce, plus aucun espoir!

 

22:23 Écrit par Delphine | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |